Honeymoon, Visiter à la Maud

Chabadabada en quad

Roberto vient nous chercher à l’hôtel, il nous emmène chez lui pour prendre un quad et nous présenter Douglas, notre guide de la journée.
Nous allons longer la côte sur trente kilomètres pour partir à la découverte des lagons. Premier arrêt à Pedra Furada où d’immenses rochers se dressent entre la mer et le sable. C’est un décor digne d’un James Bond, les couleurs y sont magnifiques ; on se croirait aussi bien dans le désert que sur une île paradisiaque.

Nous continuons notre route un peu plus dans les terres jusqu’à atteindre le lagoa Azul, comme une oasis en plein milieu des dunes. Le silence est incroyable, il n’y a rien à part de l’eau turquoise et un pêcheur qui vend sous une paillote de l’eau et des cocos.
Direction le lagoa do Paraíso, il porte bien son nom car c’est vraiment le paradis !
Gravés sur une énorme arche de bois, nous découvrons que le paradis s’appelle l’Alchymist Beach Club. Un chemin fait de pierres blanches nous mène jusqu’aux paillotes de cocos, la carte postale devient réelle : rien à perte de vue que des hamacs qui se balancent doucement dans l’eau transparente ! Nous prenons notre temps, piquons quelques têtes dans cette eau transparente avant de reprendre le quad direction Preá. Douglas nous apprend à décompresser et à profiter de chaque instant : « If you want to stay aquí no problemo. Enjoy, have a swim, good caipirinha aquí » nous dit-il avec son accent portugais !

La route devient plus difficile, plus on approche de midi et plus le vent monte. En arrivant à Preá, la force atteint quarante noeuds ; cela devient fatiguant car le sable tourbillonne et nous fouette violemment. Les kite-surffers sont entrain de se préparer, visage blanc de crème et combinaison, ils sont dans les starting blocks ! Nous nous réfugions au Rancho de Peixe (le ranch des pêcheurs), un endroit que nous avait conseillé Roberto. L’endroit est splendide et la carte encore plus ! Que des produits frais, pêchés il y a quelques heures seulement… Mon mari craque pour un homard, étonnant !

Il est temps de reprendre le quad pour rejoindre Jeri, le retour est plus tranquille ; nous emmagasinons tous les paysages, les visages des gens que nous croisons, tout nous enrichi. Mais c’était trop beau pour être vrai jusqu’au bout ! Je sens que le quad devient plus chaud que d’habitude, il commence même à tousser… Serai-je en train de lui faire le coup de la panne ?! Coup de chance, un ami de Douglas passait par-là et nous dépose à l’hôtel.

La nuit tombe très vite ici (17h30), toute la ville s’illumine alors par le jeu de lumière des bougies, des feux de échoppes et des guirlandes qui tapissent la devanture des restaurants. Nous sommes surpris par le charme de tous les magasins : chaque boutique est typique, très soignée parfois même luxueuse. Devant les façades peintes de couleurs vives attendent leur propriétaire ; si jamais il est parti boire un coup une caipirinha, c’est le voisin qui gère la petite affaire.

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply