Honeymoon, Visiter à la Maud

Hilux

Polaroid_hiluxIl est midi, l’heure de faire nos adieux à ce petit paradis. Notre chauffeur vient nous chercher à l’hôtel pour nous déposer directement à l’aéroport, nous ferons le trajet par la route cette fois-ci (quatre heures). Nous rejoignons Preá par la plage, l’ambiance est silencieuse dans la voiture, nous profitons une dernière fois de ce paysage.
A peine sommes nous déjà sur la route que notre chauffeur accélère franchement : 110, 120, 130 jusqu’à parfois même 150 km/heure sur des routes limitées à 80 km/heure par l’Etat. Il freinera juste, enfin pilera juste avant les dos d’ânes et les radars fixes, quand même.
La circulation est dense voire même folle, les motards sont comme des abeilles autour du miel ça n’arrête pas de grouiller autour de la voiture ; on ne sait presque jamais de quel côté ils arrivent, sans casque la plupart du temps. Cela a d’ailleurs coûté la vie à ce Brésilien que nous avons croisé sur la route…

Arrivés à Fortaleza, nous sommes tout de suite replongés dans l’ambiance des campagnes/propagandes politiques : les élections pour le nouveau président ont lieu demain, deux femmes se disputent la place.
Les moyens mobilisés sont énormes, on se rend compte que les enjeux financiers le sont d’autant plus. La population se mobilise, parfois à en faire trop : chaque siège de parti a élu domicile au bord des voies rapides, musique à fond et drapeau hissé, ils tentent d’arrêter les automobilistes.

Seize heures, nous avons atteint notre destination sains et saufs !
Le voyage de noces touche à sa fin, il était parfait, peut-être même trop beau pour être vrai !
A nous maintenant la vie de mari et femme, à nous de construire notre famille pour que l’on puisse à notre tour, leur faire découvrir ce genre de paradis. Le temps passe tellement vite qu’il faut que nous profitions de chaque instant ; voilà déjà deux semaines que nous sommes mariés !

En quittant l’hôtel, Daniela nous a confié ce proverbe :
« Et le soleil s’en alla, nourrissant les beaux souvenirs de la vie … Laissant en nous le goût de l’adieu pour simplement renaître ailleurs ».

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply